Mal aux oreilles en avion : Pourquoi et comment l'éviter ?

L’idée de voyager et de vous rendre à l’autre bout du monde est une situation qui procure joie et engouement. Cependant, dès que vous embarquez à bord de l’avion, il peut arriver là survenue de certains maux. Les oreilles se bouchent et petit à petit cette manifestation conduit à des douleurs. Pourquoi ses douleurs et comment lutter contre?

Pourquoi vous avez mal aux oreilles dans l’avion ?

Les douleurs que vous ressentez dans l’avion pendant un vol ou un atterrissage sont deux causes principales. En effet, dans un premier temps cette souffrance à laquelle les oreilles sont exposées est due à la pression atmosphérique. C’est une pression qui se rapporte à la puissance qu’applique l’air sur un objet ou sur une structure qui est en contact avec elle.

Dans le cas ci-dessus, ce sont les oreilles du voyageur qui sont exposées; le tympan en particulier. C’est une membrane qui permet de séparer l’oreille moyenne de l’oreille externe. Généralement, la pression à laquelle sont soumises ces deux parties est identique. Autrement dit, elles sont proportionnelles. En altitude tout change d'où l'apparition de douleurs. 

D’un second côté, les douleurs dans les oreilles sont courantes aussi à l’atterrissage. La pression à une altitude de 2.500 mètres étire les tympans. Les douleurs aux oreilles sont plus intenses. Toutefois, il existe des moyens pour contrecarrer ce malaise.

Quelques méthodes pour éviter les douleurs à l’oreille dans l’avion

Le véritable source de douleur aux oreilles dans l'avion, c'est le changement de pression atmosphérique. Ainsi, pour y remédier, la « manœuvre de Valsalva » est utile. 

Cette technique consiste à aspirer de l’air, à boucher le nez à l'aide du pouce et de l'index et enfin à souffler la bouche fermée. Cette manœuvre va permettre d’ouvrir les trompes d’Eustache pour permettre un rééquilibrage de la pression. Elle peut avoir des effets nocifs sur le corps. En dehors de cette méthode, il est conseillé aussi d'avaler sa salive afin de favoriser l’ouverture des trompes. Bailler fortement est une autre alternative.